Coronavirus-Burkina : les mesures urgentes des lieux de cultes

Coronavirus, les bons gestes à avoir

La pandémie se propage. Et pour contribuer à briser la chaîne de transmission, au Burkina, les responsables religieux ont pris des mesures d’urgence.

Suspension temporaire des prières et des regroupements socio-culturels musulmans. Ce sont les mesures prises, jeudi 19 mars 2020, par la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB).

Pour ainsi s’inscrire dans la dynamique de prévention de la pandémie du Coronavirus, les prières sont suspendues dans toutes les mosquées sur toute l’étendue du territoire burkinabè, y compris la prière du vendredi (Djoumah). Cependant, celle de ce vendredi 20 mars sera exécutées.

La FAIB a également suspendu les cérémonies collectives de baptême, de mariage, d’enterrement, de douas et tous les autres évènements culturels musulmans nécessitant un rassemblement de plus de 50 personnes.

Ces mesures entrent en vigueurs à compter de ce vendredi 20 mars, après la prière de Djoumah au samedi 4 avril à 00 heure. Elles sont susceptibles d’être revues selon l’évolution de la situation.

Lire aussi: Nouveau coronavirus: conseils au grand public- En finir avec les idées reçues

La Fédération des églises et missions évangéliques (FEME) a procédé également à la prise de mesures urgentes ce 19 mars. Ainsi, de cette date au 15 avril prochain, les cultes et les réunions de prière en masse sont suspendues. Les prières individuelles ainsi que les petits groupes dans les églises sont permises. Cependant, ceux-ci ne doivent pas dépasser les 10 à 20 personnes maximum, tout en respectant les règles d’hygiènes.

Quant aux mariages qui sont déjà programmés, ils peuvent être célébrés. Mais ils doivent respecter le nombre limite de personnes tel que décidé par l’Etat (pas plus de 50 personnes).

Le 18 mars, c’est la conférence épiscopale Burkina-Niger qui prenait des mesures urgentes de prévention contre la propagation de la pandémie. Elle décidait ainsi de la suspension des messes publiques (dominicales, de précepte et quotidiennes). Les cours de catéchèses, les stages de baptizandi et autres stages préparatoires aux sacrements sont également suspendus. Quant à la célébration des obsèques, elle devra respecter scrupuleusement les consignes de l’Etat (pas plus de 50 personnes).

Edjo KANKO

Voir Le site de l’OMS pour tout savoir sur le Coronavirus Covid-19

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici