Coronavirus et sécurité : huit risques à surveiller, selon António Guterres

António Guterres, lors d'une conférence de presse virtuelle. © ONU Info

Le Covid-19 pourrait entrainer des troubles sociaux et de la violence, estime le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Il a ainsi appelé, jeudi 9 avril 2020, le Conseil de sécurité à afficher son unité et sa détermination à affronter l’impact de la pandémie sur la paix et la sécurité internationales.

« La pandémie fait peser une menace importante sur le maintien de la paix et de la sécurité internationales, ce qui pourrait entraîner une augmentation des troubles sociaux et de la violence, ce qui compromettrait considérablement notre capacité de lutter contre la maladie » a dit António Guterres aux membres du Conseil de sécurité.

Pour le patron de l’ONU, pour atténuer l’implication de la pandémie sur la stabilité internationale, il est impératif de « travailler ensemble ». Ce suppose « solidarité accrue ».

Huit risques qui planent sur le monde

  1. Guterres a ainsi relevé huit risques que fait peser la crise sanitaire sur le monde :

1- La pandémie de Covid-19 menace de saper davantage la confiance dans les institutions publiques.

2- Les retombées économiques de cette crise pourraient créer des facteurs majeurs de stress, en particulier dans les sociétés fragiles, les pays moins développés et les pays en transition.

3- Le report d’élections ou de référendums, ou la décision de procéder à un vote – même avec des mesures d’atténuation – peuvent créer des tensions politiques et saper la légitimité.

4- Dans certains contextes de conflit, l’incertitude créée par la pandémie peut inciter certains acteurs à attiser de nouvelles divisions et nouveaux troubles.

5- La menace du terrorisme demeure réelle. Les groupes terroristes peuvent voir une fenêtre d’opportunité pour frapper tandis que l’attention de la plupart des gouvernements est tournée vers la pandémie.

6- Les faiblesses et le manque de préparation exposés par cette pandémie montrent comment une attaque bioterroriste pourrait se dérouler. Les groupes non étatiques pourraient avoir accès à des souches virulentes qui pourraient causer un ravage similaire aux sociétés du monde entier.

7- La crise entrave les efforts internationaux, régionaux et nationaux de résolution des conflits, exactement au moment où ils sont le plus nécessaire.

8- La pandémie déclenche ou aggrave divers problèmes liés aux droits de l’homme. On assiste à la stigmatisation, à des discours de haine et à des suprémacistes blancs et à d’autres extrémistes qui cherchent à exploiter la situation.

Edjo KANKO

La rédaction vous propose aussi

Covid-19 : le virus survivrait 7 jours sur un masque

Coronavirus : le bel exemple d’un Sénégalais qui mobilise sa communauté

Covid-19 : l’heure n’est pas à la distanciation budgétaire

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici