Covid-19 : la croissance économique de Côte d’Ivoire réduite à moitié

Les effets de la pandémie sur l’économie mondiale sont bien perceptibles. La Côte d’Ivoire, première puissance économique de l’UEMOA, les subit de plein fouet.

 

La Côte d’Ivoire se positionne comme la première puissance économique de l’UEMOA et troisième de la CEDEAO, après le Nigeria et le Ghana. Pour l’année 2020, elle tablait sur une croissance économique estimée à 7,2%. Il faut désormais compter avec le Covid-19. Cette croissance devrait se réduire à moitié, selon le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, pour s’établir à 3,6%.

« L’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 est déjà perceptible sur l’économie nationale qui connait une baisse d’activité. De nombreux secteurs clés de notre économie sont touchés, notamment, les exportations en particulier agricoles, les importations, les BTP, le Tourisme, le Commerce, l’Hôtellerie, la Restauration et le Transport. » a expliqué le premier ministre Coulibaly lors de son adresse aux Ivoiriens le mardi 31 mars.

Dans cette dynamique, les populations sont frappées au plan socio-économique. D’où la mise en place d’un Plan de Soutien Economique, Social et Humanitaire évalué à 1700 milliards de Fcfa, soit environ 5% du PIB.

Au titre des dispositions de préservation de l’outil de production et de l’emploi, un montant de 250 milliards de Fcfa est mis en place pour soutenir les principales filières de l’économie nationale, notamment l’anacarde, le coton, l’hévéa, le palmier à huile, le cacao, le café.

Un fonds de soutien au secteur privé pour un montant de 250 milliards de Fcfa est également mis en place. La Côte d’Ivoire doit en partie le dynamisme de son économie au secteur privé. Pour preuve, au titre de l’année 2019, ce sont 730 milliards de Fcfa qui ont été dans ce secteur. Ce qui est considéré comme un « record historique » selon Emmanuel Esmel Essis, ministre auprès du Premier ministre, chargé de la Promotion de l’investissement privé.

Le pays avait connu la même année la création de plus de 16 700 entreprises, contre 14 800 l’année 2018.

Basidou KINDA

Sur le même sujet

Coronavirus: le choc économique des pays en développement

Coronavirus: le bel exemple d’un Sénégalais qui mobilise sa communauté

Coronavirus: quatre risques que les femmes doivent gérer

Coronavirus-Burkina: la Chloroquine en essai clinique