Covid-19 : la riposte des startups africaines

Production de masques de protection pour le personnel de santé, par une imprimante 3D de la startup Wakatlab. Crédit : Helvetas

Au moment où la pandémie du Covid-19 gagne de plus en plus de terrain, les startups du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et de celles d’autres pays d’Afrique organisent progressivement la riposte. En dépit de ressources limitées, les  résultats sont probants et concurrencent avec ceux des pays développés.

Après plus de deux mois de présence du Covid-19 en Afrique, ses conséquences prennent de plus en plus de l’ampleur tant au niveau sanitaire, économique et sociale. Face à cette situation, les startuppeurs africains ont réagi avec promptitude et montrer leur capacité de créativité et d’innovation. Et ce, pour apporter une riposte à cette problématique. Ainsi, au Burkina, en Côte d’Ivoire et au Sénégal, des initiatives inédites ont été créées.

Au Burkina où en ce 7 mai 2020, le pays enregistre un bilan de 555 personnes guéries contre 48 décédées sur un total de 729 atteintes,  les difficultés dans la gestion de cette pandémie restent énormes. C’est ainsi que pour contribuer à la solution, l’ingénieur Adama Sy Traoré a développé DiagnoseMe, une application d’autodiagnostic et de prévention du Covid-19. L’objectif visé est d’éviter que les structures de santé soient débordées, et aussi, d’aider à la prise en charge des cas suspects.

Pour prendre la situation à bras le corps, le Projet Declic porté par Wakatlab – ex OuagaLab – a été initié dans l’optique de lutter contre la propagation du virus. Muni d’une application mobile, Declic permet de déterminer la température corporelle en analysant une photo prise avec un smartphone. Mieux, les porteurs du projet travaillent également sur un respirateur made in Burkina ainsi que sur des visières pour protéger le personnel soignant.

Comme dans toutes les « guerres », l’une des victimes de cette pandémie est la bonne information. C’est ainsi que pour faire face aux fausses informations, autrement appelées fake news, l’Ivoirien Tairu Kaberu a mis sur pied une Cellule Anti Fake News  comme « geste barrière ». Ceci, pour protéger les populations de ces innombrables fausses nouvelles qui circulent à travers les réseaux sociaux. Pour y parvenir, la cellule Anti Fake News compte sur une équipe de bénévoles composés de trackers, d’analystes, d’infographistes, de traducteurs et de diffuseurs.

Au Sénégal, dans l’optique de contribuer à limiter les déplacements et donc de minimiser le risque de contamination, le GIE GAINDE 2000  a mis en ligne un portail qui rassemble en seul lieu les sites de e-commerce qui offrent des produits de première nécessité. Une solution très appréciée. Mais au Sénégal comme partout ailleurs, le lavage des mains est l’une des recommandations préventives pour barrer la route au Covid-19. C’est dans ce sens que l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de Dakar, par ses élèves-ingénieurs, ont créé un distributeur de gel hydro alcoolique. Il s’agit d’un appareil qui permet de se désinfecter les mains tout en évitant tout contact physique avec le matériel.  Une initiative saluée par la Délégation générale à l’Entreprenariat Rapide des femmes et des jeunes qui s’est engagée à financer et accompagner les étudiants porteurs de projets.

Il est à noter qu’avec la Covid-19, l’on a remarqué un véritable sursaut d’orgueil partout en Afrique, au regard d’innombrables initiatives mis à jour tant au niveau de la réponse médicale, économique et sociale. C’est en cela que la riposte technologique apportée par les startups africaines fait croire à jamais que l’Afrique est capable d’apporter ses propres solutions à de problématiques majeures à l’exemple du Covid-19.

 

Tamaltan Inès Sikngaye

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici