Mesures anti-covid au Burkina : désormais des amendes allant de 5000 à 500 000 fcfa

C’est un cap de franchi au Burkina Faso. Désormais, les contrevenants aux restrictions temporaires de libertés, au titre de mesures spéciale de réduction de la propagation du covid-19, s’exposent désormais à des amendes. C’est ce qui ressort d’un décret, en date du 15 avril du premier ministre, Christophe Dabiré.

L’article 9 dudit décret stipule : « Sont punis d’une amende 5 000 fcfa à 12 000 fcfa et en cas de récidive, d’une amende de 25 000 fcfa à 50 000 fcfa, les contrevenants à l’article 1 du présent décret ainsi que l’article 7 relatif au confinement.

Sont punis d’une amende de 100 000 fcfa à 200 000 fcfa et en cas de récidive d’une amende de 500 000 fcfa, les contrevenants aux articles 2 et 6 du présent décret »

Que disent les articles inviolables ?

L’article 1 du décret stipule : Est interdit sur toute l’étendue du territoire national et ce jusqu’à nouvel ordre, tout regroupement de plus de 50 personnes en raison des risques de propagation du Covid-19.

Cette interdiction s’applique pour regroupement de moins de 50 personnes dans les cas suivants :

  • Les manifestations soumises à une déclaration préalable obligatoire ;
  • Les processions sur la voie publique sous forme de marche, cortège ou défilé ;
  • Les rassemblements ou regroupements dans les cinémas, salles de spectacle, stades, boites de nuits, bars, salles de jeux, salles de sport ;
  • Les rassemblements ou regroupements dans les lieux de culte.

L’article 2 quant à lui, stipule : L’interdiction de regroupement concerne également les restaurants, cafés, débits de boisson et autres lieux de collation qui demeurent fermés durant la période indiquée à l’article 1 ci-dessus.

Lire aussiBurkina : le Covid-19 en zone sous menace terroriste

Tous les tenanciers de ces lieux sont autorisés à servir des boissons et/ou des plats à emporter dans le respect strict des mesures sanitaires et d’hygiènes prescrites par les textes en vigueurs.

Au titre de l’article 6, on peut lire ce qui suit : Sont fermées, les frontières terrestres, ferroviaires, à l’exception de l’humanitaire et du fret, à compter du 5 avril 2020 à zéro heure, et ce jusqu’à nouvel ordre.

Est renouvelée, l’interdiction de transport interurbain de passagers à compter du 5 avril 2020, et ce jusqu’à nouvel ordre.

L’article 7 du présent décret stipule : Sont confinées à leur domicile ou dans les centres de prise en charge sanitaire pour les cas nécessitant une hospitalisation, les personnes testées positives au covid-19.

Est mise en quarantaine, pour une période de deux semaines, toute personne ayant eu un contact physique avec un cas positif de covid-19.

Basidou KINDA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici