Musique : décès de Mory Kanté

Le chanteur et musicien Mory Kanté

Le père du titre à succès des années 1980  « Yéké Yéké », est décédé ce vendredi à l’âge de 70 ans.

 

2020 est décidément une année macabre pour la musique africaine. Après Aurlus Mabele, Manu Dibango, Tony Allen ou encore Idir, l’Afrique perd un baobab de plus : Mory Kanté. Le chanteur et musicien originaire de la Guinée, est décédé de suite d’une longue maladie, dans un hôpital de Conakry a annoncé son fils Balla Kanté.

Le musicien s’est éteint «vers 9h45 ce matin à l’hôpital sino-guinéen», a dit son fils. «Il souffrait de maladies chroniques et voyageait souvent en France pour des soins, mais avec le coronavirus ce n’était plus possible», a-t-il ajouté. «On a vu son état se dégrader rapidement, mais j’étais surpris quand même car il avait déjà traversé des moments bien pires», a-t-il dit.

Sur Twitter, le président guinéen Alpha Condé,  a rendu hommage à celui-là que l’on appelait « le griot électrique »«La culture africaine est en deuil. Mes condoléances les plus attristées… Merci l’artiste. Un parcours exceptionnel. Exemplaire. Une fierté», a-t-il posté sur le réseau social.

Génie de la kora

Né dans une famille de griots, Mory Kanté est repéré est repéré à 21 ans par Tidani Koné. Le saxophoniste malien intègre Mory Kanté dans le célèbre orchestre dirigé à l’époque par Salif Keïta : le Rail Band de Bamako.

En 1973, date du départ de Salif Keïta du groupe, Mory Kanté le remplace au chant et prend la tête de l’orchestre.

Maniant aussi bien la kora, le balafon ou encore la guitare, Mory Kanté mêle tradition mandingue et modernité dans ses chansons. Son tube Yéké yéké, sorti en 1984 a été vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Et le titre Bankiero  a atteint les sommets des hit-parades dans de nombreux pays.

&;

 

Richard Mbouet

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici