Ouganda : des députés accusés de meurtres

En Ouganda, deux députés de l’opposition, Muhammad Ssegirinya et Allan Sewanyana, ont été inculpés mardi 7 septembre. Ils sont suspectés par la justice d’avoir orchestré une série de meurtres dans la ville de Masaka et le district de Lwengo. Au moins 28 personnes ont été tuées à la machette ces deux derniers mois.

Lundi, Allan Sewanyana et Muhammad Segirinya sont convoqués au poste de police en vue d’un interrogatoire.

Le porte-parole de la police indique que des suspects arrêtés dans cette affaire de meurtre accusent les deux députés d’être derrière ces crimes. Les assaillants auraient été recrutés contre une promesse d’argent, afin de tuer des personnes ne partageant pas le point de vue des deux hommes politiques.

Les parlementaires nient ses accusations. « Peut-être qu’il y a un autre Segirinya Muhammad mais ce n’est pas moi », confie l’un d’entre eux au journal Daily Monitor.

« Il s’agit de persécution politique », affirme l’avocat des deux accusés suite à leur inculpation prononcée mardi par un tribunal de Masaka.

Leur parti, la Plateforme d’unité nationale (NPU), est celui de Bobi Wine, le rival du président au pouvoir. Pour l’opposition, il s’agit d’un procès politique. La décision ne surprend donc pas le porte-parole du NPU, Joel Ssenyonyi, habitué aux accusations « inventées de toutes pièces par le pouvoir » contre les membres de son parti d’opposition. Il accuse l’État d’avoir orchestré ces attaques.

Mathias Mpuuga, à la tête de l’opposition au Parlement, dénonce également une action politique pour faire tomber le NPU et décrédibiliser le parti auprès de ses partisans.

Les députés seront maintenus en détention provisoire jusqu’au 15 septembre dans la prison de Kitalya, près de la capitale.

Source : RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici